Refonder les écoles du Parti pour gagner la bataille des idées

Aujourd’hui, la formation est considérée comme un droit des adhérents ; nous pensons qu’elle est un devoir du Parti envers ses adhérents. Nous souhaitons rouvrir les écoles du Parti autour d’un cursus obligatoire, approfondi et définitivement tourné vers la promotion de cadres d’origine populaire. En rouvrant les écoles du Parti, nous entendons réinscrire au cœur même de nos pratiques militantes le projet communiste d’émancipation des travailleurs par eux-mêmes. Il ne s’agit pas de cultiver la nostalgie du passé et de tenter vainement de reproduire à l’identique ce que les générations passées ont brillamment accompli. Néanmoins, le recul que nous avons aujourd’hui nous permet de saisir toute la portée révolutionnaire des écoles du Parti Communiste. Au XXème siècle, le PCF a bouleversé l’ordre social qui régissait la vie politique de notre pays en propulsant des ouvriers, des paysans, des petits artisans et des petits commerçants dans des instances de pouvoir jusqu’ici réservées à la bourgeoisie. Si le PCF a été le grand parti de la classe ouvrière, c’est parce que ses cadres et ses dirigeants étaient eux-mêmes issus de la classe ouvrière et que le Parti, grâce à son réseau d’écoles et sa politique de promotion des cadres notamment, a été un formidable outil de valorisation et de promotion sociale des classes populaires. A nous maintenant de reprendre le geste fondateur de nos prédécesseurs et de lui redonner toute son actualité !

Pour ce grand chantier, nous ne partons pas d’une feuille blanche. Le Parti communiste compte déjà dans ses rangs nombre de militants tout à fait capables de prendre en charge tout ou partie d’un cursus d’éducation de sa conception à son exécution. Le Parti regorge de spécialistes et d’enseignants autodidactes ou de métier dans tous les domaines. Les nouvelles Écoles du Parti pourront s’appuyer sur ces militants et notamment sur le secteur actuellement dédié à la formation, ses responsables et ses animateurs. Sans compter toutes les têtes qui émergeront. Car l’objectif est bien de former une génération de communistes qui continuera à se former en formant d’autres communistes à leur tour.  Du reste, nous sommes certains que les « communistes hors les murs » que nous ne désespérons pas de faire revenir à terme au bercail, prendront leur part à la réouverture des Écoles du Parti dans la mesure où ils n’ont jamais dédaigné intervenir dans le cadre de formations que les fédérations du Parti ou des Jeunesses communistes ont organisées ces dernières années. Avec un tel potentiel humain, nous avons toutes les chances de réussite.

Le Parti communiste n’a jamais été un parti de slogans et de mots d’ordre ; il s’est constitué comme un véritable outil d’analyse de la société. Fidèles à notre histoire, nous concevons les nouvelles écoles du Parti comme le lieu privilégié du « détour théorique » indissociable de l’action révolutionnaire. Aussi, les nouvelles écoles doivent se donner comme ambition première l’assimilation critique par tous les militants de l’étude approfondie du capitalisme à travers la grille de lecture marxiste et des principes du mouvement communiste. La philosophie et l’économie politique y occuperont par conséquent une place centrale.

Nous entendons bien développer la capacité de comprendre de tous les militants qui seront non seulement les destinataires mais surtout les sujets actifs des nouvelles Écoles du Parti. Alors les communistes seront solidement armés pour remporter des victoires décisives dans la bataille des idées, promouvoir l’actualité du communisme et conquérir l’hégémonie culturelle.